Hervé Le Corre, {Prendre les loups pour des chiens}

25 min 37 - Festival du Goéland Masqué

Pour son dernier roman, Prendre les loups pour des chiens – dont le titre n’est pas sans nous rappeler le poème d’Aragon Est-ce ainsi que les hommes vivent ? –, Hervé Le Corre nous plonge dans les pinèdes du Sud de la Gironde, sous une chaleur accablante, dans une atmosphère poisseuse et débectante. L’écrivain bordelais s’inscrit dans un territoire qu’il ne cesse de dépeindre livre après livre et campe ses personnages dans un quart-monde ignoré, en-dehors des codes sociaux, où la débrouille et la violence sourde sont de mise. Franck sort tout juste de prison et s’échoue « dans un nid de couleuvres aux prises avec des crotales ».

Si l’envie est grande de rapprocher l’oeuvre d’Hervé Le Corre de celles de certains écrivains américains, l’auteur qui compte dans le paysage du polar français s’y réfère de lui-même en faisant référence à Jim Thompson et à son « Nid de crotales ». Dans ce portrait de groupe extrêmement sombre, c’est à la construction des personnages, à leur densité, à leur complexité, plus qu’à l’intrigue et au scénario, que l’écrivain s’intéresse. Une façon pour lui de questionner la nature humaine et de s’inscrire dans la veine sociale du roman noir.



accueil contact liens en savoir plus ou mieux comprendre