• Hannah Arendt

    1 h 52
    ×fermer

    Hannah Arendt

    1 h 52 - 2014

    Ce sont les étudiants de deuxième année de philosophie à la faculté Segalen qui ont pris les rênes de cette troisième rencontre philosophique de l’année, en abordant pour l’occasion le sujet d’une manière un peu différente. Cette fois-ci les étudiants n’ont pas planché sur un sujet de dissertation mais sur l’œuvre de Hannah Arendt, en se centrant sur certains de ses ouvrages, notamment La condition de l’homme moderne et Eichmann à Jérusalem, la banalité du mal.
    La rencontre s’est articulée autour d’un dialogue entre les quatre étudiants, et des interventions de leur professeur Patrice Poingt.

  • L’histoire est-elle une science ?

    1 h 41
    ×fermer

    L’histoire est-elle une science ?

    1 h 41 - 2014

    L’histoire est à mi-chemin entre sciences dures et sciences humaines. Elle se base certes sur des faits, des points fixes, mais la multiplicité des interprétations possibles apparaît comme la faiblesse de cette discipline, au regard des sciences mathématiques, indiscutables. Si l’on considère que les historiens sont humains, alors leur interprétation des faits historiques est toujours susceptible de souffrir de leurs opinions et influences diverses. Mais l’objectivité est-elle vraiment une bonne chose en histoire ? Car l’intérêt de l’histoire repose aussi dans les questions que les historiens, et à travers eux leur époque, se posent.

    Les élèves de terminale du lycée Amiral Ronarc’h ont animé cette dernière rencontre de la saison 2013-2014 des Rencontres philosophiques de l’Harteloire, accompagnés par Yvon Tranvouez, professeur d’histoire contemporaine à l’UBO.

  • L’homme se reconnaît-il mieux dans le travail ou dans le loisir ?

    1 h 20
    ×fermer

    L’homme se reconnaît-il mieux dans le travail ou dans le loisir ?

    1 h 20 - 2012

    Le lundi 14 mai 2012, soit un mois et demi avant les épreuves du baccalauréat, a eu lieu la dernière rencontre philosophique de l’Harteloire de l’année scolaire. À l’heure où les terminales littéraires sont en proie au stress précédant les examens, rien de tel que de réfléchir, ce jour-là, au thème : « L’homme se reconnaît-il mieux dans le travail ou dans le loisir ? ».

    Mais que signifie le travail et que signifie le loisir ? À l’heure où l’on fait l’apologie du travail, comment bien saisir les différents sens de ce terme ? Voilà un bel exercice de réflexion, en somme, pour des étudiants qui ne comptent pas les heures passées à potasser. Pascal David s’attèle quant à lui à déconstruire les hypothétiques barrières qui séparent le loisir du travail.

  • Peut-on en finir avec le préjugé ?

    1 h 42 min
    ×fermer

    Peut-on en finir avec le préjugé ?

    1 h 42 min - 2013

    Le préjugé : fruit des croyances communes qui modèlent le courant de notre pensée avant même que celle-ci ait développé sa capacité critique.

    Peut-on en finir avec le préjugé ? Voilà l’interrogation que les élèves de terminale L du lycée de Kerichen ont tenté d’élucider pendant cette 7e édition des Rencontres Philosophiques de l’Harteloire, dirigée par leur professeure Marie-Claude Héron et enrichie par l’intervention de Christèle Fraïssé, maître de conférences en psychologie sociale à l’UBO.

  • Pourquoi désirer l’impossible ?

    1 h 29
    ×fermer

    Pourquoi désirer l’impossible ?

    1 h 29 - 2013

    Vous avez loupé la première des rencontres philosophiques de l’Harteloire de cette année, et vous désirez l’écouter ? Cela n’est pas impossible. Si par contre vous désirez rendre un rond carré, cela va poser des problèmes... comme vous le prouveront avec pédagogie les jeunes philosophes de cette rencontre, dont le thème était « pourquoi désirer l’impossible ? ». Cette rencontre là fut riche en joutes verbales, et pour cause, voyez la brochette de philosophes illustres qui y a participé : Socrate, Epicure, Hegel et Sartre, avec, en invité surprise, l’insolent sophiste Calliclès.
    En se mettant dans la peau de ces penseurs, les élèves de terminale du lycée de l’Harteloire ont produit une réflexion riche dans son déroulement et dans ses références, appuyés dans cette entreprise par l’intervention de Matthieu Gallou, professeur de philosophie à la faculté Victor Segalen.

  • Qu’est-ce que faire société ?

    2 h 01
    ×fermer

    Qu’est-ce que faire société ?

    2 h 01 - 2014

    Après des débuts réussis, impulsés par les élèves de terminale du Lycée de l’Harteloire, les rencontres philosophiques s’ouvrent cette année à d’autres collaborations. Ce sont donc cette fois-ci les étudiants en Master et en Doctorat de la Faculté Victor Segalen qui animent cette nouvelle rencontre, pour aborder un sujet qui, il est vrai, n’est pas des plus évidents à appréhender : qu’est-ce que faire société ?

    À l’aide de tableaux et de textes illustrant leur propos, les trois étudiants ont tenté d’expliquer à leur public ce qu’est « faire société » et ce que cela implique.

    Leur exposé a bénéficié de l’éclairage complémentaire de David Jousset, maître de conférences en philosophie à l’UBO.

  • Rencontre philosophique : le corps m’appartient-il ?

    1 h 35
    ×fermer

    Rencontre philosophique : le corps m’appartient-il ?

    1 h 35 - 2015

    Il y a cette impression étrange lorsque l’on se regarde dans le miroir. Ce corps est-il à moi ? Est-ce mon "je" incarné dans ce reflet ? Et pourtant, tout le monde peut le clamer comme un slogan : "Mon corps m’appartient". Mais qu’est-ce que cela signifie ? S’agit-il d’une propriété ou de mon esprit ? Et à quel point en est-on responsable ? Écoutez donc le dialogue mis en scène par les élèves de terminale L du lycée de l’Harteloire, sous la direction de leur professeur, Patrice Poingt. Avec les arguments des clients et des serveurs d’un café, plusieurs positions sont possibles. Cette mise en situation est suivie d’une intervention éclairante de Loïk Jousni, psychologue au CHU de Brest. Notamment directeur de la Maison des adolescents, il insiste sur cette question centrale du corps, persistante à l’âge parfois ingrat de la puberté.

  • Rencontre philosophique : les œuvres d’art éduquent-elles notre perception ?

    1 h 31
    ×fermer

    Rencontre philosophique : les œuvres d’art éduquent-elles notre perception ?

    1 h 31 - 2015

    Proposé au baccalauréat en 2014, ce sujet était le point de départ de la Rencontre philosophique du 13 mars 2015 au lycée de l’Harteloire. Les élèves de Terminale L du lycée Saint-Sébastien de Landerneau avaient pour l’occasion imaginé un dialogue entre les visiteurs et le guide d’un musée afin de répondre et d’illustrer cette problématique sous un angle original. Marina Seretti, agrégée de philosophie et doctorante en histoire de l’art venait ensuite compléter la réflexion, nous aidant à comprendre comment l’œuvre d’art éduque notre perception. L’homme justifie son passage de l’état de nature à l’état de culture par l’expérience du goût, mais aussi par celle de la liberté. Or le début de la liberté commence peut-être par cette devise de Kant : “Aie l’audace de penser par toi-même”. Alors tentez-donc d’écouter par vous-même...

  • Sommes-nous tels que nous paraissons aux yeux des autres ?

    53 min 55
    ×fermer

    Sommes-nous tels que nous paraissons aux yeux des autres ?

    53 min 55 - 2012

    Puisqu’à Brest les occasions de philosopher de manière officielle sont relativement rares, un professeur de philosophie au lycée de l’Harteloire et à l’Université de Bretagne Occidentale s’est proposé de remédier à la situation. Patrice Poingt a donc imaginé ces Rencontres philosophiques, ouvertes à tous, dans l’idée de rassembler les générations (lycéens, retraités de l’Université du Temps, toute personne souhaitant y assister...) autour d’une réflexion. En ce 29 mars 2012, les élèves du lycée Amiral Ronarc’h, accompagnés de leur professeur Philippe Ouvrard, s’attèlent au sujet suivant : "Sommes-nous tels que nous paraissons aux yeux des autres ?". Les terminales sont intervenus en s’inspirant de leurs cours et de leurs propres recherches avant de laisser la parole à Céline Hervet, professeur de philosophie au lycée Vauban, qui élargissait le débat en s’appuyant sur d’autres pistes de réflexion. Comme quoi, il n’y a pas d’âge pour se mettre à la philo !

  • Un dialogue sur Dieu est-il possible ?

    1 h 37 min
    ×fermer

    Un dialogue sur Dieu est-il possible ?

    1 h 37 - 2012

    D’aucuns pensent qu’ils ne pourraient pas vivre sans une pratique religieuse tandis que pour d’autres, il s’agit d’une conduite dénuée de sens.

    Quand les avis divergent autant, un débat sur Dieu est-il condamné à demeurer un dialogue de sourds ? Tel est le thème de la Rencontre Philosophique du 27 novembre 2012, organisée par le Lycée de l’Harteloire en partenariat avec l’Université de Bretagne Occidentale et le Lycée Kerichen.



accueil contact liens en savoir plus ou mieux comprendre